Lémuriens sportifs

Jusqu'à récemment, les lémuriens sportifs, seuls membres vivants de cette famille, étaient placés dans la famille des lémuriens ( Lémuridés ). Des recherches récentes ont suggéré, cependant, une relation étroite avec le genre de lémurien géant éteint Mégaladapis , qui appartient à une famille distincte, les Megaladapidae. Sept espèces vivantes sont incluses dans 1 genre, Lépilémur , que l'on ne trouve qu'à Madagascar.

Mégaladapis était un animal très gros et inhabituel, pesant 40-80 kg et avec un crâne très allongé, plus comme un porc que n'importe quel primate. Le foramen magnum a été retourné sur la surface postérieure du crâne, en faisant tourner la tête de sorte qu'elle soit tournée vers l'avant lorsque l'animal se tenait sur quatre pieds. Mégaladapis probablement nourri de feuilles; ses incisives supérieures ont été remplacées par un coussinet corné comme chez certains ongulés herbivores. Il peut également avoir eu un museau mobile. Les arcades zygomatiques étaient massives, le casse-tête était petit et les bulles auditives étaient plates. Ses mains et ses pieds étaient extraordinairement longs, mais ses jambes étaient relativement courtes. Cela suggère que c'était probablement un bon grimpeur, mais pas bon dans le style de locomotion à accrochage vertical et à sauts commun chez les strepsirhines. Il a été suggéré que son style d'alimentation et de locomotion était similaire à celui d'un koala.

Superficiellement, les lémuriens sportifs semblent très différents Mégaladapis . Ils sont de taille petite à moyenne, pesant entre 500 et 900 g. La plupart sont bruns ou gris sur le dos et blanchâtres sur le ventre. Ils ont une tête relativement courte et pointue avec de grandes oreilles arrondies. contrairement à Mégaladapis , leurs pieds ne sont que légèrement allongés. Leurs membres postérieurs sont particulièrement longs et puissants, et ils sont des adeptes de l'accrochage et des sauteurs verticaux. Les lémuriens sportifs se nourrissent principalement de feuilles, y compris également des fleurs, des fruits et de l'écorce dans leur alimentation. Ils sont fondamentalement solitaires dans leurs habitudes, mais leurs densités peuvent être étonnamment élevées. Les mâles ont des territoires plus grands que les femelles, et le territoire d'un mâle chevauche celui de plusieurs femelles. Les membres du même sexe défendent les territoires les uns contre les autres, en utilisant des vocalisations, des poursuites et même en se battant pour chasser les intrus. Malgré leurs densités dans certaines zones, les lémuriens sportifs sont en danger.



Les principales menaces pour les lémuriens sportifs proviennent de la perte d'habitat et de la chasse.


Littérature et références citées


nom scientifique de la crevette herbacée

Feldhamer, G. A., L. C. Drickamer, S. H. Vessey et J. F. Merritt. 1999. Mammalogie. Adaptation, diversité et écologie. WCB McGraw-Hill, Boston. xii + 563pp.


araignée sauteuse phidippus audax

Groves, C. P. 1989. Une théorie de l'évolution humaine et primitive. Oxford Science Publications, Clarendon Press, Oxford. xii + 375 p.

Mittermeier, R. A., I. Tattersall, W. R. Constant, D. M. Meyers et R. B. Mast. 1994. Lémuriens de Madagascar. Conservation International, Washington, D.C.

Napier, J. R. et P. H. Napier. 1985. L'histoire naturelle des primates. British Museum (Natural History), Londres. 200pp.

Nowak, R.M. et J.L. Paradiso. 1983. Walker Mammals of the World, quatrième édition. John Hopkins University Press, Baltimore, Londres.

Szalay, F. S. et E. Dodson. 1979. Histoire évolutive des primates. Academic Press, New York. xiv + 580 p.

Thorington, R. W., Jr. et S. Anderson. 1984. Primates. Pp. 187-216 dans Anderson, S. et J. K. Jones, Jr. (éd.). Ordres et familles de mammifères récents du monde. John Wiley and Sons, N.Y. xii + 686 p.

Vaughan, T. A. 1986. Mammalogie. 3e édition. Saunders College Publishing, vii + 576 p.

Vaughan, T. A., J. M. Ryan, N. J. Czaplewski. 2000. Mammalogie. Quatrième édition. Saunders College Publishing, Philadelphie. vii + 565pp.


huître perlée à lèvres noires

Wilson, D. E. et D. M. Reeder. 1993. Espèces de mammifères du monde, une référence taxonomique et géographique. 2e édition. Smithsonian Institution Press, Washington. xviii + 1206 p.

Animaux Populaires

En savoir plus sur Notemigonus crysoleucas (Méné doré) sur les agents animaux

En savoir plus sur Icterus mesomelas (oriole à queue jaune) sur les agents animaux

En savoir plus sur Polyodon spathula (poisson-pagaie américain) sur les agents animaux

En savoir plus sur Gazella subgutturosa (gazelle goitre) sur les agents animaux

En savoir plus sur Sialia sialis (merle bleu de l'Est) sur les agents animaux

En savoir plus sur Stercorarius longicaudus (jaeger à longue queue) sur les agents animaux